Snesup-FSU, Section de l'université de Lorraine
Snesup-FSU, Section de l'université de Lorraine

Communiqués nationaux du Snesup-FSU

Hausse des droits d'inscription

Premières victimes : les étudiants extra-communautaires

 

En décidant d'augmenter les droits d'inscription pour les étudiants extracommunautaires, le gouvernement engage l'université française dans un mouvement qui s'appliquera très vite à l'ensemble des étudiants.

 

Lire le communiqué du SNESUP-FSU

21 septembre : Grève et manifestations contre les ordonnances Macron
Comme le 12 septembre, nous serons tous ensemble le 21 septembre pour dire NON à la loi travail XXL et à la politique antisociale du gouvernement Macron.
communique_de_lintersyndicale_pour_le_21[...]
Document Adobe Acrobat [372.2 KB]

31 mars : Grève et mobilisation contre la loi Travail

Pour l'amélioration des droits, pour l'ouverture de discussions, pour le retrait du projet de loi Travail
Le texte examiné par le conseil des ministres du 24 mars, s'il diffère du premier avant projet, reste sur la même « philosophie ». Il s'agit, pour le gouvernement, de réformer le droit du travail au profit des employeurs, dégradant sur plusieurs plans les garanties collectives des salarié-e-s.
Ce projet, inacceptable en l’état, agit aussi comme une goutte d’eau faisant déborder le vase des mécontentements sociaux : il doit être retiré !
Tract_FSU_31_mars_2016.pdf
Document Adobe Acrobat [148.1 KB]

17 septembre 2015

8 octobre – Journée de mobilisation contre l'austérité

Communiqué intersyndical d'appel à la mobilisation contre l'austérité - 8 octobre 2015
Dans un contexte où les inégalités se creusent, où la précarité se développe, où la confiance en la possibilité de changer le cours des choses s'amenuise, où les forces réactionnaires progressent, les organisations syndicales CGT, FSU et Solidaires, UNEF et UNL réaffirment leur volonté de contribuer au renforcement des mobilisations et à leurs convergences, dans un cadre unitaire le plus large possible et de manière intergénérationnelle afin de faire entendre que des alternatives aux politiques libérales sont possibles.
20151008_Austerite.pdf
Document Adobe Acrobat [150.7 KB]

14 mai 2015

Projet d'arrêté doctoral

Projet d'arrêté doctoral - Communiqué SNESUP-SNCS
snesup_sncs_doctorat_16042015.pdf
Document Adobe Acrobat [244.7 KB]

6 mars 2015

Un bilan du ministère de Madame Fioraso
 

Madame Geneviève Fioraso, Ministre puis Secrétaire d'Etat en charge de l'enseignement supérieur et de la recherche (ESR), quitte ses fonctions pour des raisons de santé. Le SNESUP-FSU lui présente ses vœux de rétablissement.

Le SNESUP-FSU retient principalement du bilan des trois ans du ministère de Madame Fioraso la promulgation et la mise en oeuvre de la loi sur l’ESR, dans le droit fil de la loi LRU de Madame Pécresse. L'aspect central de cette loi concerne l'obligation faite aux établissements de constituer, dans un calendrier fixé, des regroupements (principalement sous la forme de Comue) conjuguée au lancement d'un deuxième Plan d'Investissement d'Avenir instaurant des regroupements à plusieurs vitesses, dont deux (IDEX, ISITE) pour les lauréats. C'est une des raisons majeures de l'opposition du SNESUP-FSU à la loi ESR.

Le mandat de Madame Fioraso est aussi marqué par les actions des personnels, des étudiants, des précaires contre la dégradation générale des conditions de travail et d'études et pour exprimer l'urgent besoin de financements et de postes pour l'ESR, à la hauteur des besoins, pour le présent et pour l'avenir du pays et de sa jeunesse. La fable des 1000 postes créés par an (en réalité gelés ou supprimés pour raisons budgétaires dans les établissements) et de la sanctuarisation du budget de l'ESR ne convainc personne et est infirmée chaque jour par la réalité de la situation vécue par les personnels et les étudiants. A ce titre la situation budgétaire 2015 est inédite et inacceptable : le ministère prévoit, pour alimenter les dotations de fonctionnement 2015, de prélever 100 M€ sur les fonds de roulement des universités et des écoles d’ingénieurs sous sa tutelle. En outre, au 6 mars 2015, trois mois après le début de l'exercice budgétaire, les dotations réelles des établissements ne sont toujours pas connues !

Enfin, le SNESUP-FSU constate que le « dialogue social » tant vanté par le Président de la République n'est pas arrivé jusqu'au MESR. Parmi les exemples révélateurs, rappelons que le décret statutaire des enseignants-chercheurs n'a pas eu l'honneur d'être présenté par la Ministre. Quant à l'agenda social de l'ESR, annoncé seulement à l'automne 2014, il reste depuis lors en panne, sans qu'aucune des réunions de travail annoncées n'ait même été programmée.

Quelles que soient les réorganisations du ministère dans les semaines à venir, le SNESUP-FSU entend être rapidement reçu afin de présenter ses analyses et ses propositions pour l'ESR dans l'intérêt des étudiants et des personnels. En parallèle, il appelle les personnels et les étudiants à intensifier leurs mobilisations pour exiger des moyens budgétaires et des plans pluriannuels de recrutement qui permettent aux universités d'assurer pleinement leurs missions indissociables d'enseignement supérieur et de recherche.
26 février 2015
5 mars dans l’ESR : pour défendre les conditions de travail et d’études
 
Le désengagement de l'Etat du service public d'enseignement supérieur et de recherche a des conséquences directes et dramatiques sur nos conditions d'études et de travail.

Dans les établissements, ce sont des millions d'euros qui manquent pour pouvoir fonctionner correctement. Ponctionner les fonds de roulement ne peut en aucun cas être une solution. 

Partout, les personnels se précarisent, des postes sont gelés voire supprimés, et les formations rabotées. Cette situation n'est plus tenable. Le gouvernement doit prendre ses responsabilités et mettre un terme à l'austérité qui asphyxie les établissements, universités comme organismes de recherche, afin d'assurer des conditions de travail et d'études décentes.
 
La suite dans le fichier joint
5 mars dans l'ESR : Pour défendre les conditions de travail et d'études
CP_Mobilisation-20150226.pdf
Document Adobe Acrobat [50.4 KB]

28 janvier 2015

Comme l'ensemble des Français, le monde universitaire a été violemment ébranlé par les attentats des 7, 8 et 9 janvier 2015 qui ont frappé à Paris la rédaction d'un journal et ses invités, des policier- e-s, les clients et le personnel d’un magasin casher. Au sein de leurs établissements, de leurs laboratoires, de leurs départements, et à travers leurs sociétés savantes, les universitaires ont exprimé leur tristesse et leur désarroi. Le SNESUP-FSU les a appelés à participer aux rassemblements des 7, 10 et 11 janvier. Premier syndicat de l’enseignement supérieur public, profondément attaché à la laïcité, il réaffirme avec force son engagement à défendre les libertés fondamentales contre toutes les formes de fascisme et à combattre l'antisémitisme, l'islamophobie et toutes les manifestations du racisme. 

 

La suite dans le fichier joint...

C'est un changement de cap radical dont ce pays a besoin !
CP-Attentats-150128.pdf
Document Adobe Acrobat [29.6 KB]

26 janvier 2015

La victoire de Syriza en Grèce est celle de la démocratie, de la raison et de la dignité. Malgré toutes les pressions, les menaces et les tentatives de divisions, le peuple grec a voté contre les politiques d'austérité, imposées par la BCE et le conseil des chefs d’État et de gouvernement de l'UE, et acceptées par les gouvernements grecs successifs ; des politiques d'austérité aussi inhumaines qu'absurdes, qui ont plongé le pays dans une crise sociale et humanitaire majeure. 

 

La suite dans le fichier joint...

Le Snesup-FSU est avec les Grecs
communiqué260115.pdf
Document Adobe Acrobat [29.8 KB]

26 janvier 2015

Les attentats des 7 et 9 janvier ont renforcé la nécessité pour l'école de faire vivre au quotidien les valeurs de laïcité, de tolérance, et de respect, même si elle ne peut résoudre seule les problèmes d'une société inégalitaire et fracturée. Pour cela, le gouvernement doit confirmer la priorité à l'Éducation et donner à ses personnels les moyens de la mettre en oeuvre, et notamment de lutter efficacement contre l'échec scolaire qui touche en premier lieu les enfants issus des milieux populaires et contribue à la relégation des plus défavorisés et à la montée des obscurantismes.

Malgré quelques créations d'emplois, insuffisants pour assurer la baisse des effectifs des classes et le travail en petits groupes, la situation des établissements scolaires ne cesse de se dégrader (développement de la précarité, formation professionnelle initiale très contestée et formation professionnelle continue quasiment inexistante, salaires bloqués). C'est pourquoi la Fédération Syndicale Unitaire (FSU) appelle les personnels de l'Éducation à se mettre en grève le mardi 3 février. Conditions de travail, salaires, formation doivent être impérativement améliorés pour que l'École soit refondée et que le service public assume ses missions.

 

La suite dans le fichier joint...

3 février 2015 : grève nationale éducation à l'appel de la FSU Pour de meilleurs conditions de travail, les salaires et une vraie réforme de la formation
CP-Conditions-de-travail-Espe-150126.pdf
Document Adobe Acrobat [96.2 KB]

Section Snesup – Université de Lorraine

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Snesup – Université de Lorraine